Biographie

BIOGRAPHIE

1968. Christophe Barcella voit le jour en France au sein d’une famille franco-italo-tchèque à l’histoire complexe. Il naît à Vernon, à quelques kilomètres des jardins de Claude Monet de Giverny et des paysages impressionnistes où va germer sa vocation de peintre.

Est-ce la complexité de ses racines multiculturelles qui lui donne le goût de la recherche de ses origines et de celles de la création ? Toujours est-il que, dès l’âge de huit ans, Christophe Barcella joue les détectives dans l’espace et le temps. Entre fouilles archéologiques et incursions dans la généalogie familiale, il assouvit sa soif d’investigations et transpose sa quête sur papier en dessinant d’immenses plans de cités imaginaires. Ce besoin viscéral de « cartographier l’humanité » ne cessera de grandir au fil des ans jusqu’à devenir un véritable exercice de méditation. Peu à peu, les cartes se sont métamorphosées en plans-reliefs picturaux et les œuvres actuelles de l’artiste portent la marque fertile de ses routes intérieures.

Partagé entre rationalisme scientifique et spiritualités vivantes, Christophe Barcella hésite dans le choix de ses études universitaires : entre sciences humaines (histoire, archéologie) et sciences exactes (biologie cellulaire, microbiologie, génétique), son cœur a longtemps balancé avant d’opter pour une carrière de consultant en recherche médicale et pharmaceutique.

1991. L’élaboration de protocoles de recherche de nouvelles thérapies contre le cancer ne l’empêche pas de se passionner pour la peinture. Installé à Lyon, il s’inscrit en arts visuels au Conservatoire pour une formation de quatre ans. Le fractionnement des couleurs et des formes rapproche alors son travail du pointillisme et du néo-impressionnisme. À cette époque, portraits et panoramas urbains se segmentent en autant de mosaïques révélatrices du multiculturalisme lyonnais et de la topologie locale sophistiquée.

1995. Christophe Barcella choisit le Québec et la ville de Montréal comme nouveau port d’attache. Son arrivée dans le Nouveau Monde provoque un choc culturel et une seconde naissance qui favorisent l’explosion de son langage artistique. Des œuvres picturales figuratives axées sur les détails et les microcosmes, il passe à la peinture abstraite et à la recherche du mouvement pictural authentique qu’il explore, entre autres, à l’atelier du geste (www.atelierdugeste.qc.ca). En l’an 2000, il devient l’un des animateurs de cette école de créativité. Conscient que l’art est aussi un médiateur social et un outil de développement personnel puissant, il encourage l’émergence d’une démarche créatrice chez les participants de ces ateliers quotidiens.

Explorateur invétéré de la conscience et du corps humains, Christophe Barcella repousse les frontières des territoires inconnus en décidant de poursuivre la découverte du mouvement authentique à travers la danse. Dès 1997, il participe à de nombreux ateliers d’improvisation et en 2002, il devient membre d’un petit laboratoire de recherche en danse contemporaine. Avec le Quatuor Elmire — qui porte le nom de son studio et atelier à Montréal —, sa démarche artistique se prolonge dans le corps physique. Branché sur l’émotion et la conscience corporelle, qu’il utilise comme moteur chorégraphique, il expérimente la création spontanée de figures multiples, jouant avec l’espace en interaction perpétuelle avec les autres danseurs et avec le public. Un travail qui résonne en parfait écho avec sa démarche de peintre. Il apprend à lire le corps en le laissant vivre et bouger; il en observe le dessin et décrypte les formes du labyrinthe anatomique à travers différents médiums. Puis, l’imprégnation d’autres préceptes de l’abstraction (all-over par exemple) dont ceux de Françoise Sullivan (artiste canadienne, cosignataire du Refus Global) au travers de master classes et d’expositions communes, permet d’approfondir son travail.

2012. Retour en France, en Pays Cathare plus précisément, sur les terres ancestrales. Christophe Barcella choisit la région Languedoc-Roussillon et le massif des Corbières comme creuset pour l’installation d’un nouveau centre de stages artistiques en 2014, le studio VIA (www.via-studio.org), au sein d’un petit village baigné de couleurs vives et au relief méditerranéen mélangé de garrigues, rivières, vignes et montagnes de calcaire. Nouvelles exploration et lecture du territoire…

Expositions: Christophe Barcella a participé pendant quelques années au Salon Annuel de Giverny, puis annuellement aux expositions annuelles de l’atelier du geste de Montréal, en plus d’expositions individuelles sur son travail au Canada et en France de 1991 à nos jours.

Peintre